DELITS FAUNIQUES : UN TRAFIQUANT CONDAMNE A 18 MOIS DE PRISON FERME RATTRAPE ET PLACE A LA MAISON D’ARRET DE POINTE-NOIRE

0
32

NGOMA SOTA Landry qui avait bénéficié d’une liberté provisoire avant le jugement, a été arrêté une deuxième fois ce 21 avril à Tsamba-Nzassi, une localité située à quelques kilomètres de Pointe Noire. Le délinquant faunique a été placé à la maison d’arrêt de Pointe Noire où il va désormais purger sa peine.

Le Tribunal de Grande Instance de Pointe Noire avait rendu son verdict, le 03 août 2021, dans l’affaire de trafic d’une peau de panthère et d’un morceau d’ivoire, trophées d’espèces animales intégralement protégées. NGOMA SOTA Landry avait été interpellé, le 20 mai 2021, dans la ville précitée avec un autre individu appelé KOUMBA IBAYI. Ce dernier a été condamné avec sursis.

NGOMA SOTA Landry lui, a été condamné à dix-huit (18) mois d’emprisonnement ferme, assorti de trois cent mille (300.000) Francs CFA d’amende. Il doit verser une somme de cinq cent mille (500.000) francs CFA à titre des dommages et intérêts. Le condamné a été reconnu coupable des délits de complicité de détention, commercialisation et circulation de trophées d’espèces animales intégralement protégées (panthère et éléphant). Depuis sa condamnation, ce dernier ne s’est jamais présenté à la justice. C’est ainsi qu’une mission a été organisée le 21 avril par la gendarmerie avec l’assistance du PALF pour rattraper ce trafiquant et s’assurer qu’il purge sa peine.

En rappel, l’interpellation de ces deux délinquants fauniques avait été effectuée par les agents de la Direction Départementale de l’Économie Forestière de Pointe Noire et les éléments de la Section de Recherches de la Région de Gendarmerie de cette ville avec l’appui technique du PALF (Projet d’appui à l’Application de la Loi sur la Faune sauvage). Les produits saisis provenaient du village Kotovindou dans le Département du Kouilou. Produits que ces deux individus s’apprêtaient à vendre auprès de leurs potentiels clients.

La panthère et l’éléphant, espèces animales intégralement protégées sur les plans national et international continuent de faire les frais des trafiquants de produits de faune ce, dans le seul but de s’enrichir.  La République du Congo qui s’est engagée à protéger ces espèces animales en voie d’extinction reste vigilante et traque tous ceux qui entravent la loi en matière de protection de la faune sauvage. Le Tribunal de Grande Instance de Pointe Noire par cette décision, lance un message fort en prononçant des peines exemplaires et réellement dissuasives.

Signalons que plusieurs autres présumés trafiquants, impliqués dans différentes affaires liées à la faune dans certaines localités de la République du Congo, attendent également leurs procès. Il s’agit notamment de quatre présumés trafiquants de pointes d’ivoire interpellés le 19 février 2022 à Oyo dans le Département de la Cuvette.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici