Claudine Munari un modèle pour l’unité, la solidarité et travail

0
103

Madame Claudine Munari, au regard de son parcours et de sa vision politique pour le Congo, fait partie de la minorité des leaders politiques qui prônent et défendent l’unité nationale, le respect des règles démocratiques et la bonne gouvernance.

En effet, directrice de cabinet et membre influent du régime de Pascal Lissouba, Claudine Munari se retrouve en exil après le coup d’État de 05 juin 1997. Loin de son pays tant aimé, Claudine Munari rêve toujours de voir un Congo uni, solidaire et travailleur. Elle répond donc favorablement à l’appel des nouvelles autorités du pays en affrontant tous les dangers pour assister au dialogue national initié par le nouveau régime.

Au sortir de ce dialogue, elle décide de s’engager pour faire valoir son projet de l’unité nationale en se positionnant comme indépendante aux élections locales et législatives de 2002 où elle sera élue députée de la circonscription unique de MOUYONDZI.

Après cette victoire, elle occupe un poste important à l’Assemblée nationale où elle fut deuxième Questrice et décide de faire triompher enfin sa vision en créant un mouvement mais dans l’unité la solidarité et le travail en sigle (MUST), un parti politique qui a pour idéologie la social-démocratie.

Nommée ministre du commerce en 2012, Claudine Munari, dans l’unité, la solidarité et le travail, laisse des traces de bonne travailleuse que l’histoire n’a pas pu effacer.

En 2015 elle décide de se conformer aux règles de droit et dit non au changement de la constitution qui malheureusement avait été imposée aux congolais. C’est à partir de là, qu’elle va décider alors de briguer la magistrature suprême en se positionnant à l’élection présidentielle qui s’était soldée par un hold-up électoral qu’elle n’a jamais acceptée.

En 2017, elle prend la tête de la fédération de l’opposition congolaise frocad-idc pour défendre les règles de droits et de la démocratie. Elle refuse de participer aux élections législatives et locales en posant comme condition, la cessation des bombardements dans le Pool et la libération des leaders politiques notamment Jean Marie Michel Mokoko et Okombi Salissa. Elle avait failli laisser sa peau lors de la marche organisée au rond-point Moungali.

Toujours dans le souci de voir un Congo uni et démocratique, elle décide de prendre part à la concertation de Madingou demandée par l’organisation des Nations Unies, hélas ses cris d’alarme n’ont pas été écoutés par le pouvoir en place, elle décide donc de ne pas participer à la dernière élection Présidentielle qu’elle a jugé être comme un match en différé.

Une décision fortement critiquée par sa base qui lui demande cette année de reconquérir son siège à l’Assemblée nationale.

Ainsi, la bataille à venir, celle de MOUYONDZI, est donc cruciale. La reconquête de MOUYONDZI C’est celle que j’appellerais MOUYONDZI de la jeunesse, un investissement pour l’avenir. Ce sera la bataille la plus cruciale parce que l’issue du match entre les candidats est très attendue justement sur cet aspect de la jeunesse. Ces jeunes ruraux ne se sentent pas représentés, ni dans leurs préoccupations ni par quelqu’un qui leur ressemble. Que valent l’unité nationale, la solidarité et le travail si le capital humain d’une jeunesse formée et encadrée n’est pas au cœur de l’action ?

Claudine Munari reprend ce chapitre là où elle l’avait laissé pour lui redonner une autre dimension encore plus ouverte vers le monde de demain. Avant d’aller plus loin, notons à son action sur cette question les réalisations ou actions suivantes:

•           Construction des écoles (primaires et secondaires)

•           Distribution de fournitures scolaires a tous les enfants scolarisés

•           Accompagnement et appui financier aux vacataires éducatifs

•           Réhabilitation des routes des six axes de la circonscription unique de Mouyondzi (l’axe Pengui ; l’axe Kimpeni-Madoungou)

•           Mise en place d‘une télévision et radio CMRTV 

Pour continuer dans sa lancée « MOUYONDZI montre le chemin, Claudine est le chemin.

L’examen des indicateurs socio-économiques offre une photographie instable de MOUYONDZI. Ce constat doit cependant être légèrement relativisé pour plusieurs raisons.

En premier lieu, la situation socio-économique n’est pas uniforme sur l’ensemble du territoire des localités avoisinant MOUYONDZI.  Ensuite, parce qu’une des particularités de MOUYONDZI est d’être une ville de transition pour des familles principalement issues de districts venant chercher aux portes de MOUYONDZI des opportunités d’emplois, de formation pour accéder à une promotion sociale individuelle réelle. Enfin, parce que MOUYONDZI est un territoire dynamique économiquement.

De porteurs de projets, aux agriculteurs visionnaire et innovant, aux jeunes désœuvrés et déscolarisés, aux investisseurs et actionnaires, le projet MOUYONDZI monte le chemin, Claudine Munari est le chemin ne veut laisser personne au bord de la route.

Si un sentiment d’abandon est souvent véhiculé par les habitants et acteurs locaux, MOUYONDZI montre le chemin, Claudine Munari est le chemin souhaite remettre les populations dans le sens de la marche en étant une ville incubatrice de l’épanouissement de la jeunesse, des jeunes entrepreneurs, pouvant compter sur une succession de dispositifs prioritaires pour les accompagner. Ceux-ci marquent un volontarisme politique affiché depuis des années, réitéré à chaque fois et qui s’est progressivement étendu à plusieurs champs des politiques publiques de la circonscription de MOUYONDZI. Cependant, l’absence d’une collaboration réelle entre les acteurs a eu pour conséquence de limiter les impacts directs, et d’éluder des sujets clés pour les parcours vers l’emploi ou l’insertion. Demain Munari souhaite réduire ce fossé afin de faire de la solidarité un vecteur social puissant de création d’emplois pour les habitants.

Par Krys MOUYABI 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici