LE CONGO PREND LES REGNES D’ALLIANCE SMART AFRICA

0
190

Le ministre des postes, des télécommunications et de l’économie numérique, Léon Juste Ibombo, a été désigné pour prendre les règnes du conseil des ministres de l’Alliance Smart Africa, le jeudi 6 mai 2021 dernier, en visioconférence.

Dédiée exclusivement aux ministres en charge des technologies de l’information et de la communication des pays membres, cette réunion fait suite à une recommandation du Comité de Pilotage de l’Alliance visant à mettre en place un conseil, dans le souci  d’une meilleure coordination de leurs efforts, afin de fournir ainsi des contributions harmonisées au Comité de pilotage. 

Succédant au ministre guinéen,  Said Oumar Koulibaly,  Léon Juste Ibombo présidera ce conseil des ministres en charge des TIC de l’Alliance Smart Africa  pendant 24 mois. 

Bien conscient des  défis qui l’attendent, il a placé cette élection sous le signe de la poursuite des efforts, dans l’objectif de rendre dynamique l’écosystème numérique africain. Ainsi, Ibombo a déclaré qu’il  faut œuvrer à ne pas rater la Révolution numérique.

Par ailleurs, au cours de cette rencontre virtuelle, les ministres africains en charge des TIC ont fait le point sur les progrès réalisés depuis la dernière réunion  du conseil des ministres en charge des technologies de l’information et de la communication des pays membres de l’alliance Smart Africa.

En outre,  ils ont évoqué la finalisation de l’accord établissant l’alliance Smart Africa, l’état d’avancement du Réseau Africain Unique (RAU) et les autres projets phares de Smart Africa, dont le projet en cours pour lutter contre le Covid-19 dans le but de transformer l’Afrique en un marché numérique unique. 

Fondée lors du Sommet Transform Africa, en 2013 à Kigali au Rwanda, Smart Africa est une coopération de pays africains qui ambitionne de développer l’Afrique par les TIC en créant une Afrique interconnectée. Une alliance qui a pour vision de transformer le continent en un marché numérique unique, une vision stratégique partagée non seulement par les pays membres mais également par les partenaires clés du secteur privé ainsi que par les organisations régionales et internationales membres de Smart Africa.

La République du Congo est signataire de ce manifeste depuis le 23 septembre 2019.

L’organisation est structurée autour de quatre organes à savoir le Conseil d’Administration, le Conseil des Ministres en charge des TIC, le Comité de Pilotage et le Conseil Africain des Régulateurs. Et repose sur 5 principes dont notamment la mise en place des TIC au cœur des programmes nationaux pour le développement socio-économique, l’amélioration de l’accès aux TIC, en particulier le haut débit, l’amélioration de la responsabilité, l’efficacité et l’ouverture grâce au TIC, la priorité donnée au secteur privé et la mise à contribution des TIC pour promouvoir le développement durable.

Avec l’adhésion récente de la République Islamique de Mauritanie, l’Alliance Smart Africa compte à ce jour, 31 pays membres et représente un marché de plus de 700 millions d’habitants.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici