Les axes prioritaires du PND 2022-2026 suscitent l’appui de la Banque mondiale

0
91
le vice-président de la Banque mondiale Afrique de l’ouest et centrale, Ousmane Diagana

A la sortie de son audience avec le Premier ministre chef du gouvernement, Anatole Collinet Makosso le 28 mars à Brazzaville, le vice-président de la Banque mondiale Afrique de l’ouest et centrale, Ousmane Diagana a salué le PND 2022-2026 qui, les axes de priorités se lient parfaitement avec les quatre éléments de l’institution financière dans le cadre de sa stratégie régionale. 

Les deux parties lors de l’audience 

 Le vice-président de la Banque mondiale Afrique de l’ouest et centrale, Ousmane Diagana a affirmé que la Banque mondiale est engagée à travailler avec le Congo dans le cadre de son Plan national de développement et à aider  le secteur privé congolais. 

« Je lui ai donné les assurances de la Banque mondiale, justement, fort de l’appropriation de l’agenda du développement du Congo sera lui-même aux côtés du pays. Nous avons sur le plan interne, révisé nos stratégies de partenariat avec le Congo pour qu’il soit davantage aligné sur les objectifs de développement du Congo. Sur le plan de notre propre stratégie régionale, nous avons mis l’accent sur quatre éléments : l’importance des institutions solides, stables, crédibles dans le cadre de la gouvernance bien articulée, l’urgence de faire des réformes qui peuvent permettre à l’économie de créer des opportunités d’emploi pour tous en particulier pour les jeunes, évidemment sur ce point, le Congo le fait d’avoir mis l’accent sur la diversification de l’économie est sur une très bonne trajectoire, le quatrième élément c’est l’autonomisation des femmes, et le dernier élément inscrit, c’est la lutte contre les effets du  changement climatique en mettant un accent très fort sur l’adaptation », a indiqué le vice-président de la Banque mondiale Afrique de l’ouest et centrale, Ousmane Diagana

« Ce que le PND au Congo dispose comme priorités sont convergents avec les éléments que je viens de mentionner. Le dernier élément c’est le changement climatique, le Congo est un pays déjà affecté par le changement climatique  et à travers des mesures pertinentes qu’il s’est doté, va être bénéficiaire de l’agenda de l’adaptation. Je suis très content de cette rencontre et disposé en tant qu’institution financière et institution de développement à œuvrer pour que l’ensemble ce que nous faisons ici puisse avoir une répercussion », a-t-il poursuivi

Par ailleurs, le Premier ministre, Anatole Collinet Makosso a martelé au cours de l’audience, l’engagement du Congo d’activer la voie vers les réformes structurelles et sectorielles afin que les potentialités du pays soient des vecteurs d’accélération de croissance inclusive et porteuse de prospérité partagée. 

Signalons que les deux personnalités, Anatole Collinet Makosso  et Ousmane Diagana ont salué le partenariat Congo-Banque mondiale. Lors de leurs échanges, le Premier ministre est revenu sur l’appui de cette institution financière que le pays a bénéficié dans le cadre de la riposte contre le Covid 19. « Vous savez, la Banque mondiale a été l’une des premières institutions à mobiliser des ressources pour aider à lutter contre la pandémie mais également pour  soutenir les mesures urgentes, pertinentes que le Congo lui-même a prises pour contenir l’expansion de la pandémie », a précisé Ousmane Diagana.

La portée du séjour du  vice-président de la Banque mondiale Afrique de l’ouest et centrale, Ousmane Diangana à Brazzaville est celle d’accompagner le gouvernement congolais dans son combat pour la diversification de l’économie. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici