Richard OSSA : « Ma vie est en danger, je suis victime d’un complot gratuit. Mais je  lance un appel à l’unité des fils et filles de la Cuvette Ouest »

0
160

En craignant pour sa vie, Richard OSSA, Notaire, ressortissant de la cuvette et président de l’Association Bic Rouge pour le Développement est devenu la proie facile de ses frères élus et autres autorités, natifs Département. Au cours d’une interview exclusive, le Président de L’Association Bic Rouge lance un appel pour une unité des fils et filles de la cuvette Ouest.

Polele-Polele : Richard Ossa, vous êtes le président de l’Association Bic Rouge pour le développement, pouvez-vous nous parler de celle-ci ? 

Richard Ossa : je suis effectivement président de cette association. J’ai choisi le symbole du stylo car il représente les lettrés et le rouge parce que c’est l’instrument de l’évaluation, car j’ai été enseignant pendant plus de dix ans. 

Bic rouge c’est l’évaluation qui passe pour regarder, observer et apporter la correction sur ce qui ne tient pas. Et, par la suite appuyer l’action du gouvernement. 

Et donc, nous avons mis en place cette association pour essayer de regarder ensemble avec les autres ce qui ne tient pas pour apporter tant soit peu la solution au plan intellectuel, agricole, bref dans tous les domaines. Aujourd’hui, nous avons mis le cap sur la Cuvette ouest, là où il y a encore des défaillances, avant d’aller dans d’autres localités. 

Polele-Polele : vous avez choisi comme outil le Bic rouge qui sert de correction, et vous avez choisi pour commencer le Département de la Cuvette ouest. Que voulez-vous corriger dans ce Département ? 

R. O: nous corrigeons le laxisme, les failles de certains frères qui œuvrent tant dans le domaine de l’Etat que privé, tant dans les affaires politiques que civiles. Ce qu’ils n’ont jamais fait et nous essayons d’apporter notre savoir-faire, notre énergie. 

Vous savez, il y a des choses qui sont simples, mais les gens pensent que la solution vient du ciel ou d’ailleurs, ou encore il faut espérer sur les caisses de l’Etat, les partis politiques, non ! 

Nous avons pensé que l’on soit politicien ou non, on a intérêt à apporter notre expertise pour que l’on avance.

Polele-Polele: dès la création de Bic Rouge, nous apprenons que cette Association vous attire des ennuis, que se passe-t-il ? 

R. O: les ennuis ne sont pas seulement d’aujourd’hui. Depuis le bas âge j’ai développé en moi l’esprit de fraternité. Cela n’est pas étonnant car j’ai toujours été victime de la jalousie, de la haine, de la mauvaise foi de mes frères. 

Cette Association est venue comme ressusciter cette haine. Déjà, après notre conférence de presse, nous sommes allés à Ewo pour la sortie officielle, nous avons constaté que certains frères ont effectué le déplacement pour la Cuvette ouest uniquement pour déstabiliser, faire échouer cette activité. Nous avons également été surpris de constater que certaines autorités de la localité ont essayé d’interdire notre cérémonie, malgré l’avis favorable du préfet, patron du Département. Au même moment, nous constatons que les engins que nous avons pris pour le développement des champs, des routes sont séquestrés par certains frères élus qui pensent que, quelque soit le type d’activités, personne en dehors d’eux ne peut entreprendre quoique ce soit. Ils ont menacé les entrepreneurs que nous avons voulu mettre à la disposition de la Cuvette ouest. Cela cause problème et nous y sommes au tribunal. 

Polele-Polele : pensent-ils que vous avez des ambitions politiques ? 

J’ai été candidat en 2012 à Kellé, et je suis arrivé jusqu’au deuxième tour. Malheureusement, je suis sorti de là perdant. Depuis lors, je n’ai jamais abandonné ma terre, je suis en train d’entreprendre les activités à Itoumbi, Kelle… etc. Je viens en aide aux handicapés, aux malades… face à cela, mes frères pensent qu’il faut me contrer, et disent que j’ai des ambitions politiques. Et pour me contraindre à jeter le tablier, il faut donc massacrer tout ce que j’entreprends. 

Polele-Polele : nous apprenons également dans certains officines que la sécurité de Richard Ossa est menacée, vrai ou faux ? 

R. O: sur ce point je lance un cri d’alarme à l’endroit des pouvoirs publics, parce que bon nombre de cadres dans notre pays perdent de leur vie parfois en toute innocence. 

Il y a de  ceux qui usent de leur autorité lorsqu’ils sont mieux placés pour élaborer un plan de destruction d’un tiers.

Effectivement, ma vie est en danger parce que je suis victime d’un complot gratuit pour soit disant détruire quelqu’un qui a des ambitions politiques. J’ai été surpris que l’on me vole l’engin publiquement, l’affaire est connue de tous. C’est un aîné de Kellé, qui prend l’engin scandaleusement, le séquestre publiquement, hélas les forces de l’ordre sont ont été défiées à l’occasion. J’ai déposé le dossier en justice sans aucune suite, alors que celui de mon adversaire est bien suivi. Une véritable magouille soutenue je ne sais pas qui et pourquoi. Même certains membres du gouvernement jouent ce jeu pour me faire noyer et je ne sais pourquoi.

Ma profession de notaire et ma famille sont menacées, voulant même me faire  un Ngolali 2, hélas ! Il faudrait que les gens soient au courant d’un acte dangereux qui se prépare dans cette affaire juste parce que je réclame mes biens volés. 

Polele-Polele : Vous parlez de   » mes frères » de la Cuvette ouest qui veulent me détruire. Quel message pouvez-vous leur adresser ? 

R. O: j’avais souhaité étant juriste observer la loi, cependant pour moi la loi n’a pas de place lorsque je suis en famille. Dernièrement j’ai été reçu par l’observatoire des sages de Kellé. J’avais souhaité que nous soyons tous reçu dans cet Observatoire pour que l’on nous prodigue des conseils et que celui qui fait du mal cesse, car un frère reste un frère et le linge sale se lave en famille. 

Malheureusement, j’ai entendu des messages à la télé et à la radio pour nous envoyer à la justice. Cet observatoire n’arrive pas à les raisonner. Je  demande que certains reviennent à leur conscience d’humain, de responsable, d’intellectuels, d’honorable, de ministre, de frères et de parents. Ce n’est pas en utilisant la violence, les arrestations, les faux rapports que l’on aura résolu le problème. 

Qu’on le veuille ou non, la justice de Dieu triomphera. S’ils pensent qu’ils sont créés par Dieu et nées d’un père et d’une mère qu’ils viennent, nous sommes frères. 

Polele – Polele : vous êtes l’un des unificateurs de la Cuvette ouest, homme de paix, nous n’avons peut-être pas abordé un point sur lequel vous aurez bien aimé vous prononcer, nous vous donnons l’occasion 

R. O: Merci! J’ai toujours aimé la vie en communauté, la solidarité, la fraternité, c’est dans cet élan que j’ai voulu unifier la Cuvette ouest en général et Kellé en particulier, être ensemble avec cette Association qui commence déjà à faire bouger. Le fait d’avoir créé cette Association qui brasse les populations de la Cuvette ouest, marque le pas pour un avenir meilleur et une cohésion régionale, voire même nationale, car après la Cuvette ouest je suis attendu à Loudima, Sibiti, Pointe-Noire. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici